Aller au contenu principal

Vous êtes ici

toutes les actualités

Le rétinographe bientôt en action

Les ophtalmologistes étant de moins en moins nombreux, il arrive fréquemment que des patients diabétiques ne puissent consulter régulièrement ces spécialistes de la vue et subir chaque année un fond de l’œil. Cet examen est la seule façon de savoir si leur maladie ne va pas dégrader leur vision, et, à terme, provoquer une cécité. L’association des équipes de soins primaires en Aveyron a ainsi présenté le rétinographe à la presse, jeudi 9 février 2017, dans les locaux du Conseil départemental.

Un examen annuel pour tous

Le rétinographe est un appareil ambulatoire, et il permet donc d’aller à la rencontre des patients. Il est présent par périodes de trois mois sur les différents sites arrêtés par les équipes faisant partie de l’association de soins primaires. Sur place, ce sont les médecins traitants, prévenus à l’avance, qui envoient leurs patients à l’orthoptiste qui pratiquera le fond de l’œil. Cet examen est dit "non mydriatique", c’est-à-dire sans instillation de collyre qui dilate la pupille. Le rendez-vous est pris auprès du secrétariat du réseau Palliance, et l’orthoptiste est une libérale, formée par le réseau Diamip. Les clichés sont envoyés à un ophtalmologiste interpréteur.

Des partenaires pour une aide financière

L’appareil a été acheté pur un montant de 25 000 euros, grâce à l’aide financière de divers partenaires. Il s’agit du conseil départemental de l’Aveyron, bien sûr, mais aussi de l’agence régionale de santé, de la mutualité sociale agricole Midi Pyrénées nord, du Lions club de Decazeville-Aubin et du Crédit agricole de l’Aveyron. Le rétinographe est opérationnel depuis peu, et il vient d’être positionné à la maison de santé de Pont-de-Salars. Le dépistage démarrera véritablement le 2 mars prochain, et il se poursuivra durant trois mois, au rythme d’une journée par semaine.  Seuls les secteurs présentant une réelle difficulté d’accès à l’ophtalmologiste seront concernés.

 

Publié le