Aller au contenu principal

Vous êtes ici

toutes les actualités

Un manuscrit et une photo d’Artaud

Antonin Artaud aura passé trois années à l’hôpital psychiatrique de Rodez. Trois années durant lesquelles il aura pu, autant que faire se peut, se reconstruire un peu et même recommencer à produire une activité littéraire. Celle-ci aura notamment pris la forme d’un manuscrit de seize pages envoyées à l’écrivain Jean Paulhan, et le département, le 28 janvier dernier (lors d’une vente aux enchères à Compiègne), a pu se porter acquéreur de ces quelques feuillets, ainsi que d’une photo d’Artaud.

Présentation à la presse

Une présentation de ces acquisitions a été faite à la presse, ce mercredi 15 février, à la chapelle Paraire de Rodez qui est le siège de l’association des amis d’Antonin Artaud. Jean-François Galliard a ainsi pu expliquer toute l’importance de ces documents, qui avaient été mis en vente, avec de nombreux autres, par un neveu d’Artaud. La photo a été prise en 1943, et on ignore qui en est l’auteur. Peut-être s’agit-il de son médecin traitant, à Rodez, le docteur Gaston Ferdière. Quant au manuscrit, qui s’intitule « Kabhar Enis-Kathar Esti », il est une des pièces essentielles dans l’œuvre multiforme et complexe d’Antonin Artaud.  Le titre, forcément abscons, est un mélange de grec ancien et de turc et renvoie aux racines grecques du poète.

Des enchères par téléphone

C’est le directeur des archives départementales, Alain Venturini, qui a pu mener les enchères, par téléphone. Le manuscrit a été enlevé au prix de 26 000 euros, plus 6242 euros de frais (soit 32 640 euros), et le portrait est parti à 3500 euros plus 840 euros de frais. Soit 36 980 euros en tout. La moitié de cette somme sera assumée par le service interministériel des archives nationales. Les archives départementales de l’Aveyron possédaient déjà le dossier administratif de placement d’office d’Antonin Artaud, provenant de la deuxième division de la préfecture, service des aliénés, et classé sous la cote 242W301.

Les documents seront visibles du 16 au 18 février à la Chapelle Paraire de 15h00 à 18h00

Galerie

Publié le