Aller au contenu principal

Vous êtes ici

Des chantiers pour la sauvegarde du patrimoine archéologique

chantier sauvegarde du coeur et de la nef de l'édifice de St Grégoire à Lavernhe
Des fouilles de sauvetage, des sondages et des prospections sont organisées lors de découvertes fortuites ou dans le cadre de restaurations d’édifices anciens (église, châteaux, etc.) classés ou non.

Ces opérations sont réalisées sur prescription de la D.R.A.C et selon une programmation annuelle du Service d’archéologie du Conseil départemental en fonction de ses moyens et de ses autres missions prioritaires.

La sauvegarde d’édifices médiévaux

Sur le plan de la sauvegarde, le Service Départemental d’Archéologie est ainsi intervenu sur l’église romane de Saint-Grégoire à Lavernhe (2008-2010), sur la tour du château de Peyrebrune à Alrance (2009-2011) ou encore sur le château des seigneurs de Gozon aux Costes-Gozon (2011-2013), à la demande de leur municipalité et du Service Régional de l’Archéologie. Ces opérations ont été réalisées en amont d’indispensables travaux de restauration diligentés par le Service Départemental de l’Architecture. Elles ont permis de dresser le plan de ces édifices médiévaux et contribuent à une meilleure connaissance de ces derniers, notamment dans le domaine de l’archéologie du bâti.

Des sondages réalisés en 2011 et 2012 viennent de préciser la chronologie et l’architecture semi-troglodyte du corps du logis seigneurial et d’un habitat commun du Fort d’Aubin, haut lieu de l’histoire médiévale du Rouergue. Grâce à sa paroi directement ancrée dans le rocher, les différents niveaux du logis ont pu être restitués. Une pièce, probablement la cuisine, d’un habitat commun  a été fouillée. Elle présente des aménagements directement creusés dans le rocher à l’image de l’évier et des dispositifs de gestion des eaux. Il semble bien que, conformément aux textes, les habitats du Fort d’Aubin aient été abandonnés à partir du XVIe siècle.

Une opération de sauvetage urgent a également permis de fouiller, fin 2010, la base d’un puits gaulois (fin IIe-début Ier siècle avant J.-C.) sous le foirail de Rodez, sans aucun surcoût ni retard pour les projets de parking souterrain et de multiplex.

Dans le hameau de Brussac (Bozouls), des travaux de restauration d’une maison ont mis au jour une sépulture anthropomorphe délimitée et couverte par des dalles de grès, avec une logette céphalique aménagée dans un bloc de grès. Elle contenait un sujet mature de sexe a priori masculin d’après les os coxaux, inhumé avec les membres supérieurs croisés au niveau de l’abdomen. La datation par radiocarbone indique un dépôt aux XIe-XIIe siècles.

Galerie d'images

chantier de dallage de la nef église St Grégoire Sauvegarde du Puits gaulois du foirail de Rodez chantier de sauvegarde Paroi rocheuse du fort d'Aubin

Actualités

Toute l'actualité