Aller au contenu principal

Vous êtes ici

Le Président du Conseil départemental

Président (UDI) du Conseil départemental de l’Aveyron depuis le 24 janvier 2017, Jean-François Galliard est chevalier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite.

Jean-François Galliard, né en 1948 à Alger, a rejoint l’Aveyron (à Nant) en 1962. Après des études de droit (finances de droit public et fiscalité) à Montpellier et Paris, il a occupé divers postes au ministère des finances (service de législation fiscale et relations extérieures) avant d’être directeur départemental des impôts puis des services fiscaux du Var, de Corrèze, de la Marne et de la Loire.

 Maire de Nant de 1995 à 2008, où il est toujours conseiller municipal), M. Galliard a été conseiller général du canton de Nant de 2011 à 2015. Il est conseiller départemental de Millau 2 depuis 2015.

Edito Novembre - Décembre 2017

 

Le magazine de l’Aveyron n’a pas pour ambition de se substituer à quelque organe de presse que ce soit. Il n’a pas, non plus, vocation à verser dans le prosélytisme politique ou même à simplement faire la promotion d’une tendance plutôt que d’une autre.

L’Aveyron souhaite, tout bonnement, apporter un éclairage, forcément institutionnel, sur une certaine actualité départementale. Pas une actualité « chaude », bien sûr. Mais plus précisément de la vie qui va dans les cantons, à travers des manifestations diverses, réunions, inaugurations, travaux… Sans oublier un coup de projecteur sur des aveyronnais qui s’illustrent dans le domaine de l’art ou du sport, par exemple.

Ce magazine se veut donc le reflet, sans parti pris, de quelques-unes des réalisations portées par le Conseil départemental, tout en faisant la part belle aux notions de loisir et de patrimoine.

Pour autant, nous souhaitons savoir si ce type de communication convient pleinement, ou au moins partiellement, au plus grand nombre. D’où l’intérêt du questionnaire qui vous est proposé sous forme d’encart, en milieu de votre numéro.

L’exercice pourra sembler quelque peu fastidieux à certains. Il n’en demeure pas moins important, car les résultats obtenus permettront à l’équipe rédactionnelle de coller au mieux aux aspirations d’un lectorat inévitablement changeant puisque, dans le monde de la communication-information, comme dans bien d’autres d’ailleurs, les choses vont désormais très vite.

Vous êtes donc invités à être critiques, à y aller de quelques suggestions, voire de quelques remontrances. Toutes ne seront peut-être pas retenues, mais toutes seront examinées attentivement. Il est possible qu’une majorité d’entre vous se prononcent pour le statu quo, comme il est possible que vous soyez les plus nombreux à souhaiter un réel chamboulement dans vos habitudes de lecture et la teneur des sujets proposés.

Nous verrons bien. Mais il est fort probable que, dans les mois qui viennent (il faudra le temps d’analyser tout cela), la physionomie du magazine L’Aveyron changera. Qu’on se rassure, le magazine, votre magazine, symbolisera toujours le dynamisme du département, et un fort attachement au territoire.

Cet attachement, on le trouve chez tous ceux qui ont choisi de vivre et de travailler ici, mais aussi chez tous ceux qui, « expatriés » n’oublient pas leurs racines. Le marché de Bercy, à cet égard, en est un exemple frappant (voir page 5).

Les Aveyronnais de la capitale, tellement nombreux, se rappellent ainsi à notre bon souvenir en venant toujours très volontiers à la rencontre de leurs compatriotes, « montés » à Paris avec leurs spécialités, notamment culinaires.

Entre folklore bien compris, convivialité réelle, et sens des affaires bien perçu, l’Aveyron est aussi cela : une grande famille qui sait se retrouver autour de valeurs solides et avec le goût du partage.

Jean–François GALLIARD

 

Actualités

Toute l'actualité