Aller au contenu principal

Vous êtes ici

Le Président du Conseil départemental

Président (UDI) du Conseil départemental de l’Aveyron depuis le 24 janvier 2017, Jean-François Galliard est chevalier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite.

Jean-François Galliard, né en 1948 à Alger, a rejoint l’Aveyron (à Nant) en 1962. Après des études de droit (finances de droit public et fiscalité) à Montpellier et Paris, il a occupé divers postes au ministère des finances (service de législation fiscale et relations extérieures) avant d’être directeur départemental des impôts puis des services fiscaux du Var, de Corrèze, de la Marne et de la Loire.

 Maire de Nant de 1995 à 2008, où il est toujours conseiller municipal), M. Galliard a été conseiller général du canton de Nant de 2011 à 2015. Il est conseiller départemental de Millau 2 depuis 2015.

Edito Mars 2020

UN BUDGET pour une réelle ambition départementale



Le budget, c’est la feuille de route d’un département. Pas de politique sociale,

culturelle, sportive… digne de ce nom si le nerf de la guerre n’est pas au rendez-vous.



Le budget d’une collectivité, c’est ainsi une alliance s ubtile d’investissements raisonnés et en même temps ambitieux et de gestion à la fois prudente et innovante.

Pour ce qui est de l’Aveyron, une fois encore nous avons donc choisi d’investir résolument sans impacter défavorablement l’avenir mais, tout au contraire, pour pouvoir continuer sereinement à développer notre ter-ritoire tout en étant les garants des solidarités, qu’elles soient humaines ou territoriales.

Avec un budget qui s’élève à plus de 393 millions d’euros, j’ai voulu, une fois encore, privilégier une politique volontariste. L’investissement enregistre donc une augmentation de l’ordre de 21 % par rapport à 2019. Et ce, alors même que ces dépenses d’inves-tissement avaient déjà enregistré une augmentation de 18 % entre 2018 et 2019.

On conviendra qu’il y a là une volonté de n’oublier personne et de continuer à renforcer cette fameuse attractivité aveyronnaise, la seule à même de favoriser un apport significatif en population active.

« Une montée en puissance dans tous les domaines  »

Sans entrer dans le détail (on peut, pour cela, se reporter au dossier, pages suivantes), je voudrais, une nouvelle fois, m’arrêter sur le poste solidarités humaines qui, avec plus de 155 millions d’euros, et une augmentation de 2,6 % par rapport au budget primitif 2019, représente, et de loin, la plus grosse part budgétaire.

On peut aussi relever les actions engagées auprès des communes, du monde associatif, ou encore des particuliers. 17 % du budget sont ainsi consacrés à ces nombreux pro-grammes qui contribuent à homogénéiser – ou harmoniser, comme on voudra – le territoire. La culture (plus 4,1 %), le sport (plus 8,4 %), les collèges (plus 21,6 %, avec la construction de la première tranche du collège du Larzac, notamment), l’enseignement supérieur (plus 2,4 %), montrent bien l’ambition qui nous anime, et qui consiste, non seu-lement, à ne pas se laisser distancer, mais, surtout, à être toujours plus performants. Et à parvenir à concilier une réelle qualité de vie avec les attraits d’un département ouvert et bien dans son époque.

L’effort constant effectué dans le domaine des grandes infrastructures entre tout à fait dans cet ordre d’idée. Le désenclavement au sens le plus large du terme, est une préoccupation de tous les instants. Les routes, l’aéroport Rodez-Aveyron, le très haut débit, ne totalisent pas 15 % du budget par hasard. Là encore, l’augmentation, dans ce domaine des grandes infrastructures, est remarquable : 14,8 %. Cette montée en puissance générale n’a pu se faire que parce que nous disposons de réserves solides, fruit d’une saine gestion. Le Département, plus que jamais, se présente, à travers ce budget, comme une collectivité de ras-semblement et de proximité, au service des Aveyronnaises et des Aveyronnais.

Jean–François GALLIARD

 

Actualités

Toute l'actualité