Aller au contenu principal

Vous êtes ici

toutes les actualités

A Rodez, la place de la Cité passée au peigne fin

« Le Service Archéologique du Conseil Départemental de l'Aveyron mène actuellement un diagnostic d'archéologie préventive place de la Cité à Rodez, sur prescription de l'Etat (DRAC Occitanie) en amont du projet d'aménagement de la mairie de Rodez.

Tranchées exploratoires

Depuis le 19 mars des tranchées exploratoires sont réalisées sur au moins 10 % de la surface concernée par l'aménagement d'environ 1600 m². Les recherches vont se poursuivre toute cette semaine au moins et le début de la suivant. Elles permettent ainsi d'enregistrer les archives du sol sur l'occupation d'un quartier situé au coeur de la cité antique et médiévale dont le dernier aménagement remonte à 1857 lors de la mise en eau de la première fontaine publique de Rodez, grâce à la rénovation de l'aqueduc gallo-romain de Vors. Le futur aménagement de la place tiendra compte des profondeurs d'enfouissement de ce patrimoine afin d’allier sauvegarde de notre patrimoine et rénovation du centre de Rodez.

Les fouilles qui ont débuté par l'exploration de l'extrémité est de la place a déjà permis de mettre au jour de nombreuses structures bâties du Moyen Age et de l'Epoque Moderne antérieures au cadastre napoléonien de 1812 : calades de rues ou de cours, murs de maisons, etc. Certaines sont probablement à mettre en relation avec l'Officialité (tribunal de l'Evêque) et la maison du Poids-Publics qui étaient encore sur la place à la fin du Moyen Age (XVe s.) flanquées de plusieurs boutiques et habitations. Ces bâtiments publics ont été détruits au début du XVIIIe s. et ont laissé d’important déblais de récupération qui peuvent atteindre près de 3 m de profondeur dans les parties orientale et centrale de la place.

Ces derniers jours, la tranchée la plus à l’ouest, dans le prolongement de la rue du Touat, a livré les restes du dernier dallage de la place, à 0,90 m environ de profondeur, et des niveaux de la fin de l’Antiquité ou du début du haut Moyen Age (Ve-VIIe s.) à environ 2,10 m sous le sol actuel ».

Le service archéologique du Conseil départemental

L'existence d'un service agréé d'archéologie permet ainsi aux aménageurs publics ou privés de l'Aveyron de bénéficier d'une réactivité accrue pour la réalisation de leurs projets. L'équipe sur le terrain est composée de 5 archéologues. La direction du chantier est assurée par Philippe Gruat, chef de Service.

Galerie

Publié le