Aller au contenu principal

Vous êtes ici

toutes les actualités

Ils partirent quarante… ou la fondation d’une ville argentine par les Aveyronnais

L’histoire est connue : une quarantaine de familles aveyronnaises, emmenées par Clément Cabanettes, quittent l’Aveyron pour la pampa argentine. Elles y fondent une ville, Pigüé. Nous étions en 1884. Quelle est aujourd’hui l’actualité de Pigüé ?

 Un livre à paraître au printemps

A l’initiative de l’association Rouergue-Pigüé, un ouvrage à paraître au printemps (« Aveyron-Pigüé, les descendants », Editions de La Flandonnière), propose un autre regard sur l’épopée des émigrants aveyronnais en Argentine
  Le livre contient un rappel historique sur le parcours de ces Aveyronnais qui quittèrent la vallée du Lot, le Vallon ou le Ségala pour s’installer en Amérique.  Il précise la situation actuelle de la ville, où l’identité aveyronnaise reste très présente et où le français est enseigné à tous les écoliers.  Surtout, il se veut une invitation à  rencontrer, à travers une galerie de portraits, celles et ceux qui portent aujourd’hui en eux ces racines, des descendants à la mémoire vive.

Coopération

C’est dans les années 1980, à l’approche du centenaire de la fondation de la ville, que les relations entre l’Aveyron et Pigüé se sont renforcées. La constitution de l’association Rouergue-Pigüé  (www.rouergue-pigue.com) a donné le départ à la coopération. Celle-ci se poursuit depuis entre le département et ce bout d’Aveyron en Argentine.
Le Conseil départemental y participe et, récemment encore, une délégation de Pigüé était reçue par le président Luche.
Les échanges culturels, économiques, entre jeunes, nourrissent ce cousinage particulier.
L’association Rouergue-Pigüé, présidée par Nathalie Auguy,  anime avec énergie ces relations entre les deux terres sœurs.
 

Publié le