Aller au contenu principal

Vous êtes ici

toutes les actualités

Enjeux et objectifs du programme de sauvegarde routier

L'ensemble des ouvrages constitutifs du domaine public routier de l'Aveyron représente un patrimoine très important qui est soumis aux effets de l'usure, du vieillissement et des agressions extérieures, notamment climatiques. Le Conseil départemental a pour compétence obligatoire la préservation de ce patrimoine et diligente à ce titre des actions programmées.

Un patrimoine important

L'ensemble des ouvrages constitutifs du domaine public routier représente un patrimoine très important, résultant des investissements antérieurs réalisés, composé notamment de:

  • 5 910 km de Routes Départementales,
  • 1461 ouvrages d'art,
  • 570 000 m2 de mur de soutènement.

Ce linéaire routier est important, le deuxième d'Occitanie après la Haute-Garonne.

Ce patrimoine est soumis aux effets de l'usure, du vieillissement et des agressions extérieures, notamment climatiques. Il subit inévitablement des dégradations. Le conseil Départemental a pour compétence obligatoire la préservation de ce patrimoine et diligente à ce titre des actions programmées concourant à:

  • Maintenir un niveau normal de sécurité pour les usagers de la route,
  • Préserver et pérenniser ce patrimoine,
  • Offrir un confort de conduite aux usagers,
  • Satisfaire les besoins économiques et notamment permettre le trafic poids lourds indispensable à l'activité économique, tout en véhiculant une image attractive du Département,
  • Assurer la sécurité juridique du Département.

Le budget alloué à cette sauvegarde est décliné en plusieurs programmes spécifiques autorisant la réalisation des actions suivantes:

  • Renouvellement des couches de roulement et entretien des ouvrages d'assainissement quelle que soit la catégorie de route,
  • Entretien des ouvrages d'art et des murs de soutènement,
  • Réparation des évènements exceptionnels résultant des intempéries et anomalies géologiques,
  • Renouvellement des équipements de sécurité (glissières, marquage, signalisation verticale ... ),
  • Renouvellement du matériel et de la flotte du Conseil Départemental.

Sauvegarde du patrimoine : Politique de gestion des chaussées, des ouvrages d'art et des événements exceptionnels

La politique routière définit les actions d'entretien périodique du patrimoine routier visant à préserver un état de service compatible avec la sécurité des usagers, la pérennité des infrastructures et sécurité juridique du conseil départemental. La sauvegarde constitue une mission obligatoire pour le Conseil Départemental.



1 - Les chaussées

Deux paramètres sont pris en compte pour déclencher une opération de renouvellement des couches de roulement :

  • L'adhérence. Elle est mesurée tous les 2 ans sur le réseau structurant. Une campagne de mesures est actuellement en cours et les résultats seront connus avant la fin de l'année
  • La préservation de la structure

La politique routière fixe les périodicités de renouvellement à :

  • 12 à 15 ans sur les catégories A, B et C - Environ 65 km traités en enrobés chaque année
  • 14 à 20 ans sur les catégories D et E - Environ 260 km traités en enduits superficiels d'usure chaque année

Le budget consacré à la sauvegarde s'élève à 10,240 M€ par an.



Malgré une augmentation significative du prix des matières premières, notamment bitumineuses, les processus de mises en concurrence par consultations spécifiques (en moyenne 35 par an, 33 en 2020) ont permis de maintenir un niveau de prix acceptable permettant d'atteindre les objectifs fixés par la politique routière.

Depuis quelques années, les techniques mises en œuvre ont également évoluées:

  • Sur le réseau structurant, grâce aux investissements antérieurs qui ont permis le renforcement des structures, les travaux consistent désormais au simple renouvellement de la couche de roulement en enrobés minces.
  • Sur le réseau secondaire le plus circulé (plus de 1000 véhicules/jour), les travaux consistent au reprofilage généralisé en graves émulsions mises en œuvre au finisseur.

Enfin, un relevé de dégradations de l'ensemble du réseau routier est actuellement en cours. Ce recensement permettra de vérifier la pertinence des politiques mises en œuvre et de quantifier l'évolution de l'état des réseaux. Ces données seront également exploitées dans le cadre de la définition des programmes pluriannuel de renouvellement des couches de roulement.



2- Ouvrages d'art

Le réseau routier départemental compte 1461 ponts.

Un pont est une construction permettant le franchissement d'une brèche (cours d'eau, voie de circulation ... ) avec une ouverture supérieure ou égale à 2 mètres.

Ce patrimoine a sensiblement augmenté au fur et à mesure des divers transferts, notamment de routes nationales dans le patrimoine départemental (depuis 2000, 171 ouvrages supplémentaires, soit une augmentation de plus de 12 %)



Ce patrimoine est estimé en valeur à neuf à 520 M€. La longueur totale et cumulée des ponts aveyronnais est de 27.5 km, ce qui représente 0.46 % de la longueur totale des routes départementales. La taille moyenne des ponts aveyronnais est de 19 mètres et le pont le plus long est le viaduc de Pont de Salars (300 m).



Depuis 1990, une politique de surveillance des ouvrages d'art a été mise en place. Elle est organisée de façon périodique en fonction de l'importance et de la typologie des ponts.

Les périodicités varient de 5 à 8 ans et l'ensemble des ouvrages fait l'objet de visites périodiques de leurs structures, de leurs fondations (immergée ou pas), de leurs équipements. D'une manière générale, les ponts courants en maçonnerie et en béton font l'objet de procès-verbaux quantifiés réalisés par du personnel de la collectivité formé à cet effet tandis que les autres ouvrages, et notamment les ponts importants et les ponts particuliers, font l'objet de visites plus poussées, appelées des inspections détaillées et visites subaquatiques, réalisées par des entreprises spécialisées.



Ces procédures internes, inspirées des pratiques mis en place par l'Etat et adaptés aux besoins spécifiques du département, permettent de connaitre l'état de chaque pont et son évolution.

Les programmes des opérations de réparation sont établis en croisant l'état de service (état de l'ouvrage) et le niveau de service (importance fonctionnelle de la route).

L'état de tous les ouvrages est définit et les ouvrages sont classés de la manière suivante:

  • Ouvrages ne nécessitant aucune intervention
  • Ouvrages dont l'évolution de l'état doit être surveillée
  • Ouvrages dont l'évolution de l'état est confirmée et nécessitent une intervention d'entretien à moyen terme

Les programmes de réparation sont établis en privilégiant les ouvrages les plus dégradés situés sur les itinéraires au niveau de service les plus importants et sont soumis à l'approbation de l'assemblée départementale.



Le budget consacré à la réparation des ouvrages d'art s'élève à 1.100 M€ par an.



Chaque année, entre 12 et 15 ponts sont réparés ou reconstruits.

3- Evènements Exceptionnels

Ce programme permet de procéder à la réparation des désordres liés aux risques naturels (chutes de blocs, glissements de terrain) et à l'entretien des murs de soutènements. En 2020, 43 sites ont fait l'objet de travaux de confortement ou de sécurisation.

Les moyens consacrés à ce programme permettent de faire face aux évènements classiques.

Lors d'épisodes climatiques majeurs, à l'image de ceux qui se sont produits dans le Sud Aveyron fin 2014, la mobilisation de moyens complémentaires est nécessaire au titre des diverses décisions modificatives.



Le budget consacré à la réparation des évènements exceptionnels s'élève à 2.65 M€ par an

4- Equipements de sécurité

Le programme d'entretien et de renouvellement des équipements de sécurité comprend la signalisation verticale, la signalisation horizontale et les dispositifs de retenue.

Ce programme contribue à la lutte contre l'insécurité routière que mène le Conseil Départemental depuis de nombreuses années.

Le principal objectif est d'offrir aux usagers un niveau de service performant afin d'assurer des conditions de sécurité optimales sur le réseau routier du département.

Les programmes d'entretien pluriannuel des équipements mis en œuvre par itinéraire dans le cadre de la politique routière permettent un renouvellement :

  • de la signalisation verticale de police et de jalonnement
    • à 14 ans sur les catégories A, B et C
  • de la signalisation d'animation touristique
    • à 20 ans sur l'ensemble du réseau équipé
  • de la signalisation horizontale :
    • à 3 ans sur 550 km de catégories A et B
    • à 2 ans sur 1460 km de catégories Cet D

Des actions spécifiques de sécurité telles que notamment la pose d'écrans de protection motos sur les glissières de sécurité ou la pose de protection et de suppression d'obstacles sur accotements sont engagés chaque année.



Le budget consacré au renouvellement des équipements de sécurité s'élève à 1.300 M€ par an.



A ces prestations de sauvegarde, s'ajoutent :

  • 1 M€ d'études et acquisitions foncières
  • 0,92 M€ de programmes quinquennaux passés avec les principales agglomérations du département
  • 0,6M€ de réalisation de traverses d'agglomérations sur le réseau principal
  • 0,45 M€ de réalisation de traverses d'agglomérations sur le réseau secondaire
  • 1,43 M€ d'opérations de sécurité diverses (carrefours ... )

Le montant annuel de la sauvegarde est dont de 21 M€.

Publié le