Aller au contenu principal

Vous êtes ici

toutes les actualités

Un débat d’orientations budgétaires sur fond de renforcement de l’attractivité

Le débat d’orientations budgétaires s’est tenu ce lundi matin au sein de l’hémicycle départemental. Le président Jean-François Galliard a proposé aux élus de « poursuivre notre route à bon train », évoquant, sans entrer dans le détail, un « projet de budget 2018 adossé à de nouveaux programmes en direction des intercommunalités ». Le président a ainsi pu rappeler que le travail mené avec elles représentait « une pièce essentielle » du dispositif qu’il entendait proposer.

Agir pour nos territoires

A la fin du débat, les conseillers ont d’ailleurs approuvé les nouveaux dispositifs départementaux  mis en place dans le cadre de « Agir pour nos territoires », qui est le programme destiné aux intercommunalités.  Le président a aussi pu insister sur la nécessité de travailler avec le monde de l’entreprise (ce qui a été commencé), ainsi qu’avec l’Etat et la région Occitanie.

Ce travail de concert a ainsi été décrit comme la condition nécessaire pour maintenir un haut niveau d’investissement, une stabilisation des recettes de fonctionnement, et une maîtrise de l’évolution des dépenses de fonctionnement avec un objectif de 1,2%.

En préambule, le président avait pu se réjouir de ce que « la maison se porte bien ». Et ce, malgré quatre années de réduction des concours financiers de l’Etat, pour plus de 33 millions d’euros. Contraintes budgétaires qui vont se poursuivre sur la période 2018-2022, les collectivités devant poursuivre leur participation à la réduction du déficit public de l’Etat. Ce rappel a d’ailleurs été l’occasion, pour Jean-François Galliard, de revenir sur l’obligation faite aux départements de contractualiser avec l’Etat sur les dépenses de fonctionnement et le niveau des emprunts : « Je me sens assez responsable pour savoir ce que je dois faire dans l’intérêt de notre département, mais la loi est ainsi faite ».

Désir d’aller de l’avant

On peut noter que, de 2013 à 2016, les résultats de fonctionnement départementaux ont progressé en moyenne de 0,9% ;  les dépenses de fonctionnement ont diminué en moyenne de 0,1%, grâce à un effort constant ; l’épargne brute a progressé de 9,8% par an ; les dépenses d’investissement se sont maintenues à un niveau élevé ; la dette a diminué.

Le fait que le contexte économique soit un peu plus favorable, et que le département de l’Aveyron présente des indicateurs intéressants (cf les données de la Banque de France) doit donc « nous conforter dans notre désir d’aller de l’avant », selon le mot de Jean-François Galliard. Ce qui sera traduit en chiffres lors de la présentation et du vote du prochain budget.

Publié le