Aller au contenu principal

Vous êtes ici

toutes les actualités

Congrès des maires de l’Aveyron : Les élus remontés et inquiets

Le congrès des maires de l’Aveyron s’est tenu ce vendredi 23 mars 2018 à la salle des fêtes d’Onet-le-Château, en présence de Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre d’Etat-ministre de l’Intérieur. De très nombreux maires, ainsi que la préfète, le président du Conseil départemental et les cinq parlementaires ont assisté à ce congrès qui était placé sous le thème : « la commune, une dynamique contrariée ». Il faut entendre par là : contrariée par les exigences de l’Etat. La formule étant du président de l’association des maires, Jean-Louis Grimal.

Un discours offensif

Pour lui, en effet, l’administration est omniprésente, et une partie de la population des territoires se sent déclassée et abandonnée. Et de répéter que la commune est la garante du lien social et du vivre ensemble « mais, pour cela, faut-il encore que les communes et leurs intercommunalités aient les moyens et soient libres d’agir ».

Le discours était donc offensif, d’autant que le président de l’association départementale des maires n’hésitait pas à demander si les bureaux des ministères n’avaient pas oublié la charte de libre administration des collectivités, tout en insistant sur la multitude des problèmes qui assaillent les élus, et n’encouragent donc pas vraiment les vocations. 

Un message qui est passé

Le ton était donné, et celui de Jean-François Galliard n’a pas été discordant. Limitation à 80 kilomètres/heure, lignes de chemin de fer, fermeture des classes en milieu rural, mise à l’index du carburant diesel, Ehpad, disparition annoncée de la taxe d’habitation et déficit budgétaire…  «Lorsque les communes sont à la peine, le département est à leur côté » a pu affirmer Jean-François Galliard, fustigeant une vision trop lointaine de la part de certains décideurs.

Jacqueline Gourault, heureusement pour elle, a été sénatrice. Et aussi vice-présidente de l’assemblée des maires de France.

Sur un ton d’une grande simplicité, elle a dit la volonté du gouvernement de respecter les volontés locales. Elle a fait remarquer que chaque français était à la fois jacobin et girondin, et que ce n’était pas incompatible… Mais le message des élus est sans nul doute bien passé.

Publié le